• Pseeko

Au-delà du “bon stress vs mauvais stress” : le stress perçu !

« Ce qui trouble les hommes, ce ne sont pas les choses, mais les opinions qu’ils en ont ». Cette phrase du philosophe Épictète résume plutôt bien la manière dont le stress agit sur notre corps et notre mental. Bien souvent, le stress est vécu comme un ennemi à abattre, un frein qui nous limite et nous handicape. D’autres, au contraire, considèrent qu’il existe un bon stress à rechercher, et un mauvais stress à éviter. Et si nous changions notre regard sur le stress ? C’est en tous cas ce que proposent plusieurs chercheurs ! Voyons ce qu’ils ont à nous dire ...




1. Le stress : une réaction adaptative du corps


Une boule dans la gorge, les mains moites, des tremblements, la respiration qui s’accélère … pas de doute : vous êtes stressé ! Et nous sommes d’accord, cette sensation est loin d’être la plus agréable qui existe. Beaucoup d’entre nous sont d’ailleurs souvent amenés à cacher leur stress, perçu comme peu avouable, voire honteux, dans certaines circonstances. Sauf que … Loin d’être un signe de faiblesse ou de fragilité psychologique, le stress est en réalité une réaction physiologique totalement normale. En temps ordinaire, le corps s’efforce de conserver un état d’équilibre, permis par une régulation de nos fonctions vitales (pression artérielle, température corporelle …). Or le stress vient perturber cet équilibre dans le but de permettre à notre corps de répondre à un danger imminent : la pression artérielle et le rythme cardiaque augmentent, les muscles se tendent, etc.


En d’autres termes, nous sommes stressés lorsque nous percevons un danger. Cette phrase soulève une caractéristique majeure du stress : AUCUNE situation n’est stressante en soi ! C’est toujours la manière dont nous percevons une situation donnée (comme une menace ou non) qui fait naître un sentiment de stress. Le stress n’est donc pas une cause, mais bel et bien une conséquence. S’il est souvent recommandé de relativiser une situation pour la percevoir comme moins stressante, force est de reconnaître que ce n’est pas toujours évident à réaliser dans la pratique. C’est pourquoi il est fortement recommandé de changer de regard non pas sur les situations stressantes… mais bien sur le stress lui-même.





2. Et si les problèmes de stress venaient … du stress lui-même ?


Le problème, c’est que aujourd’hui le stress est accusé de tous les maux ! On nous répète à longueur de journée que le stress doit à tout prix être évité, être contrôlé, que nous devons à tout prix “lâcher prise” pour maintenir une bonne santé physique et mentale. Comme le dit Rüya-Daniela Kocalevent, psychologue et psychothérapeute scientifique, ces injonctions reflètent “une totale incompréhension de ce qu’est le stress”. En réalité, le stress n’est pas une maladie. Il pourrait même s’avérer bénéfique pour notre santé et nous permettre de développer une certaine confiance dans nos capacités.


Certaines recherches montrent qu’un des facteurs déterminants de l’impact du stress sur notre santé serait … la manière dont nous percevons le stress. Vous ne me croyez pas ? Pourtant, en 2012, des chercheurs de l’université du Wisconsin ont analysé les données sanitaires d’environ 30 000 Américains. Ces analyses ont montré que “si une personne a subi une forte charge de stress au cours de la dernière année et croit que cela aura un effet négatif sur sa santé, son risque de mourir prématurément est 43 % plus élevé que celui d’une personne subissant le même type de stress, mais le considérant comme neutre ou anodin.” La même étude montre que ceux qui perçoivent ce stress de façon positive ont eux 17 % moins de risque de mourir prématurément que la population générale ! En d’autres termes, en changeant simplement de regard sur le stress, en le considérant non pas comme un frein mais comme une opportunité d’évolution, on réduirait drastiquement ses effets négatifs. Plus facile à dire qu’à faire ? Laissez-nous vous livrer quelques conseils pour vous y entraîner !


3. Astuces pratiques pour changer sa vision du stress


Nous sommes d’accord : changer d’état d’esprit par rapport au stress ne se fait pas en un claquement de doigts. Cela demande un vrai entraînement ! Selon Isabelle Campeau-Hunziker, chercheuse en psychologie, “un état d’esprit face au stress (stress mindset) est une façon de voir le stress et ce qu’il représente pour nous”. Adopter un état d’esprit positif par rapport au stress suppose d’être convaincu que celui-ci est bénéfique pour notre performance et notre confiance en nous !


Voici quelques astuces qui devraient vous permettre de vous entraîner à avoir une vision moins noire du stress :

  • Être actif dans la résolution de la situation stressante. Les recherches portant sur les stratégies de résolution de problèmes ont montré de façon répétée qu’affronter un problème dans le but de le résoudre était l’une des stratégies les plus efficaces pour faire face aux difficultés. En faisant cela, on se prouve à soi-même que l’on est capable de résoudre les problèmes, on booste notre confiance en nous et notre sentiment de compétence !

  • Prendre conscience des opportunités que nous offre la situation stressante. L’un des aspects négatifs du stress est qu’il nous amène à penser que tout ce qui entoure la situation problématique est négatif. Or nous apprenons énormément des situations de stress. Pour chaque situation stressante, n’hésitez pas à noter tous les aspects du problème qui vous ont permis de grandir et de progresser.

  • Projetez-vous dans un futur proche. Une étude portant sur la résilience a montré que l’une des meilleures manières de surmonter une difficulté était de se projeter dans un futur où cette difficulté n’est plus à l’ordre du jour. Vous êtes stressé par une présentation orale ? Imaginez le bon restaurant qui suivra cette présentation ! Votre évaluation annuelle vous inquiète ? Pensez à l’afterwork qui est organisé juste après !


En résumé, changer d’état d’esprit par rapport au stress permettrait de diminuer ses conséquences négatives sur notre performance et notre santé ! Attention toutefois : les astuces et conseils qui sont présentés ici ne sont pas applicables aux cas de stress chronique ! Lorsque le stress devient trop fréquent, impossible à gérer et handicapant pour la vie quotidienne, il est important d’être pris en charge par un professionnel de santé.



Sources


Campeau-Hunziker, I. (2020). Voir le stress autrement. Agence Science-Presse.


Folkman, S., & Lazarus, R. S. (1984). Stress, appraisal, and coping (pp. 150-153). New York: Springer Publishing Company.


Keller, A., Litzelman, K., Wisk, L. E., Maddox, T., Cheng, E. R., Creswell, P. D., & Witt, W. P. (2012). Does the perception that stress affects health matter? The association with health and mortality. Health psychology : official journal of the Division of Health Psychology, American Psychological Association, 31(5), 677–684.


Kocalevent, R.-D. (2020). Les bons côtés du stress. Cerveau & Psycho, 119.


Paulhan, I. (1992). Le concept de coping. L'année psychologique, 92(4), 545-557.


Wilson, T. D., & Gilbert, D. T. (2005). Affective forecasting: Knowing what to want. Current directions in psychological science, 14(3), 131-134.

155 vues

© 2020 Nolwenn Anier & Quentin Victeur. Tous droits réservés.