Pourquoi faire appel à la psychologie est essentiel dès lors que l’on traite de l’humain au travail

Depuis maintenant plusieurs années, on observe un mouvement dans les entreprises qui vise à placer l’humain au coeur des processus professionnels. Le développement de concepts tels que la marque employeur ou l’expérience collaborateur, l’importance prise par la qualité de vie au travail ou encore l’apparition de métiers tels que les “chief hapiness officers” (littéralement chefs du bonheur en entreprise) en témoignent : les organisations comprennent désormais que le secret du succès et de la rentabilité passe par la considération apportée aux salariés. Certains parleront d’ailleurs d’effet de mode… et il faut bien avouer qu’il y a parfois un peu de ça. Ainsi, les labels tels que “Great place to work”, gages autoproclamés d’une politique RH et managériale garantissant le bien-être et la satisfaction professionnels des employés, font désormais la une des magazines spécialisés. Véritable volonté de faire bouger les lignes ou coup de pub … allez savoir ! D’aucuns diraient : tant que le résultat est là, l’intention importe peu.




C’est justement là que le bât blesse. Le bien-être professionnel, désormais érigé en symbole de l’image de l’entreprise version 2020, est aujourd’hui un enjeu dont se saisissent de nombreux professionnels. Leur promesse : accompagner les entreprises au développement du bien-être des collaborateurs, à la promotion de la qualité de vie au travail et donc, in fine, à l’amélioration de l’image de l’entreprise. On voit ainsi apparaître depuis quelques années de nombreux cabinets, coachs et autres professionnels indépendants qui promettent un accompagnement sérieux pour mettre l’humain au coeur de l’entreprise. Tout y passe : développement d’outils d’évaluation du bien-être, de tests d’évaluation des potentiels, de classifications des individus en fonction de leur personnalité, etc. Autant d’outils simples d’utilisation, qui promettent aussi bien une amélioration des processus de gestion des RH et une augmentation de la satisfaction des collaborateurs.


SAUF QUE


Une part non négligeable (qui n’est bien entendu pas la totalité) de ces outils sont construits sans aucune base scientifique ni réelle connaissance du comportement et de la psychologie humaine.


Cela va peut-être en choquer quelques-uns, mais la compréhension scientifique du fonctionnement humain demande des ANNÉES entières d’étude.


Des années au cours desquelles nous lisons, décortiquons, étudions, les déterminants individuels, sociaux, institutionnels des comportements.


Des années au cours desquelles nous apprenons que les comportements humains sont grandement influencés par la situation dans laquelle ils se trouvent, et qu’il est presque impossible de ranger les individus dans des cases.


Des années au cours desquelles nous comprenons les besoins fondamentaux des individus, qui ne se résument pas à des bureaux design et à des horaires flexibles.


Des années au cours desquelles nous apprenons que la pensée humaine est régie par un nombre incalculable de biais, ce qui rend une expérience individuelle et isolée (si importante soit-elle) complètement impossible à généraliser.


Des années au cours desquelles nous comprenons à quel point notre intuition peut-être trompeuse et qu’il est nécessaire de se référer à des études scientifiques pour savoir ce qui détermine la pensée, les opinions, les comportements.



Alors oui, je suis en colère. Quand je vois le nombre de personnes qui s’attribuent, sur la base de l’expérience ou de l’intuition, un savoir supérieur à celui que j’ai mis plus de 8 ans à acquérir (et encore, je suis très loin de tout savoir sur le domaine). Quand je vois le nombre de formations de 10h qui promettent d’acquérir la même expertise qu’un psychologue professionnel. Quand je vois le nombre d’outils ou de solutions qui s’appliquent à simplifier à l’extrême et sans aucun fondement scientifique la pensée et le fonctionnement humain sous prétexte de coller aux besoins des entreprises. Je suis en colère.


Je pense surtout qu’aujourd’hui, il est nécessaire de mettre en avant le fait que OUI l’être humain est effectivement à replacer au coeur de l’entreprise. Mais aussi que cela ne peut se faire sans une RÉELLE compréhension du fonctionnement humain. Une compréhension qui ne peut faire l’impasse sur le savoir à la fois scientifique et pratique de personnes qui consacrent leur vie professionnelle à ces enjeux, qui en comprennent la complexité et les subtilités.


Le savoir psychologique s’applique avec succès au monde de l’entreprise ! Alors certes, ce sera légèrement plus compliqué que de classer les collaborateurs en 3 catégories ou de mettre en place un afterwork mensuel. Mais cela aura un impact réel sur l’engagement, la motivation, la satisfaction, le bien-être des collaborateurs.


Et in fine, sur l’image de l’entreprise.


À bon entendeur …


284 vues

© 2020 Nolwenn Anier & Quentin Victeur. Tous droits réservés.